Sacha Neel

Intervenante en modern'urbain

©FAD. ©FAD.

Formation / Carrière

Sacha se forme au CNR et CNSMD de Lyon en danse classique et contemporaine, puis elle part à New York pour parfaire sa formation et se diversifier. 
Elle y découvre la danse urbaine et s'en inspire pour développer son propre style : le modern'urbain, que l'on peut découvrir dans ses cours et créations. 
Elle danse pour le Cappezio Award avec la compagnie Derek Mitchell à Los Angeles, et avec la compagnie Estado Ingravitto pour SYTYCD.  


En 2016, elle travaille avec Romain Rachline sur l'ouverture du Champs Elysées Film Festival. Elle collabore de nouveau avec lui en tant que danseuse sur le spectacle A Cuba Libre.
En 2017, elle participe au World of Dance avec Jerky Jessy et aux NRJ Music Tour avec les Pokemon Crew.

En 2018, elle rejoint la compagnie Lignes Urbaine pour la création Profil Bis chorégraphie par Marion Blanchot.
Elle participera aussi à Just Dance 2019. Elle enseigne en parallèle à la Ciné danse Académie et Espas.
Elle travaillera à disney en tant que danseuse et capitaine. 
Enfin elle rejoint la RB Dance Company en qualité d'assistante chorégraphe et danseuse.

Le cours de modern'urbain vu par Sacha Neel

Son cours, Modern’urbain, est un métissage entre danses contemporaine et urbaines. 
Il débute par un échauffement, activant les muscles profonds du corps, préparant au travail du sol. 

Son Floorwork, inspiré du Break dans les transitions et les appuis, implique une stimulation du centre, permettant une réelle disponibilité du corps. 
Elle insiste sur l’importance des directions de chaque membre, qui initie ou continue le mouvement. 
Un système de relais du corps, qui mis en corrélation, permet de trouver une économie du mouvement, de la détente, ainsi qu’une aisance corporelle par des chemins organiques.

Son écriture chorégraphique est  influencée par  toutes ses expériences stylistiques, mêlant technicité, performance, intention et rythme.
Elle fait de la musicalité sa priorité. Elle s’appuie sur le son pour créer sa matière, développant ainsi l’écoute musicale et impliquant un vrai travail de changements d’énergies.  Elle développe une gestuelle minimaliste, empreinte de dissociations et d’isolations mettant l’accent sur la précision et l’intention,  en contraste avec la performance, engageant de l’amplitude et de la technique, abordée précédemment dans le cour.