Selin Dündar

Invitée en contemporain et en pédagogie adultes

Formation / Carrière

Née à Ankara en Turquie, Selin Dündar suit d'abord une formation à l'Université de J.W. von Goethe à Francfort puis au Tanzforum de Cologne et à Stuttgart, en Allemagne.
Elle poursuit sa formation à Paris et rejoint ensuite le Dance Space à New York.
De retour en France elle est interprète pour différentes compagnies. La rencontre avec le chorégraphe Bruno Sajous marque le début d’une collaboration essentielle. Ensemble ils créeront une dizaine de pièces.
En tant que chorégraphe, ses expériences personnelles se multiplient :  elle «met en corps» des comédiens pour le théâtre et pour le cinéma, monte des concerts chorégraphiques avec des musiciens contemporains et classiques.
Elle a retranscrit son approche transversale de la danse pour l'Université Paris XII sur le Tanztheater de Wuppertal de Pina Bausch, en collaboration avec le Théâtre de la Ville.
En 2006, elle s'installe en Bourgogne est devient directrice artistique du « Bellovidère », une salle de spectacle en milieu rural, lieu de création et de diffusion.
Depuis 2009, elle est chorégraphe à l’Opéra National de Paris pour Dix mois d'École et d'Opéra, un programme destiné aux élèves relevant de l’Education prioritaire. Dans le cadre de ce programme elle chorégraphie pour les créations de "La toile enchantée" (2010), "Lumières" (2011) qui sera joué au Palais Garnier , "Augenblick" (2013) et "Un nouvel endroit" (2015).

En 2011, elle est invitée par Dance United à Londres, structure artistique qui mène des projets exemplaires de réinsertion par le biais de la danse contemporaine.

En 2012, Didier Grojsman, directeur du CREA, centre d’éveil artistique d'Aulnay-sous Bois, lui commande la chorégraphie pour "Pinocchio", opéra jazz interprété par un chœur de 42 adolescents. Cette création sera jouée au Théâtre Jacques Prévert d'Aulnay-sous Bois, à l’Opéra de Vichy, Scène Nationale de Cergy Pontoise et à l’Opéra Bastille. "Pinocchio" a reçu le Grand Prix de l’Académie Charles Cros en 2014.

Pour la saison 2014/2015 elle travaille de nouveau avec le CREA : "Les Indiens sont à l'Ouest", une comédie musicale composée par la chanteuse Juliette et interprétée par 63 jeunes chanteurs. Le spectacle a été joué en 2014 au Théâtre Jacques Prévert d'Aulnay-sous-Bois et en 2015 au Théâtre du Châtelet.
Le disque des Indiens s'est vu attribuer le coup de coeur de l'Académie Charles Cros en décembre 2015.
En mars 2015 elle collabore également avec le metteur en scène Jean Romain Vesperini qui lui demande de créer la chorégraphie pour "Faust" de Gounod, dirigé par Michel Plasson à l'Opéra Bastille.
Pour la saison 2016/2017 le Centre National du Cinéma la missionne pour un projet de court métrage avec 25 élèves d'un établissement EREA à Paris. La danse sera le vecteur de cet objet cinématographique en collaboration avec le chorégraphe Serge Ambert et le réalisateur-scénariste Damien Dutrait.

Différents projets sont également en cours (création, ateliers d'improvisation, performances)  avec les Studios Micadanses et la MPAA à Paris.

Elle est régulièrement sollicitée en tant que formatrice au sein de la formation professionnelle, diplôme d'état danse contemporaine, composition chorégraphique, pédagogie fondamentale à l'école Choréia (Paris).

Le cours de contemporain vu par Selin Dündar

Mon travail est essentiellement basé sur l'improvisation et la composition chorégraphique.
J'aime penser qu'on apprend à parler (à danser) avant de connaître l'alphabet...On entre dans la danse en partant de solutions qu'on trouve à des situations simples, nommés consignes. De la consigne naît une situation dansée à laquelle il s'agit de faire face (qu'on s'y adapte, qu'on la transforme ou qu'on s'en échappe), la seule règle d'or est l'obligation de présence. Les conventions du plateau, de la scène nous apprennent à investir, déconstruire et recréer nos propositions et à être réactifs à chaque instant.
On danse à la fois pour soi et pour les autres, nos partenaires de "scène" et nos "spectateurs".  
Apprendre à se montrer, seul ou à plusieurs, ou bien à montrer l’autre, à soutenir sa proposition, être garant de ses essais, explorations et de ses "erreurs".

Le cours de pédagogie adultes vu par Selin Dündar

Découvrir et inventer ensemble des outils pour mieux anticiper le rôle du futur  danseur/"transmetteur".

Pour ce faire il paraît important de donner un sens et une identité au groupe.

Qui et qu’est ce qui constitue ce groupe, comment s’affirmer au sein de cette entité, comment y échapper, la reconstruire, la solliciter, la défier.... Trouver sa place, la renforcer afin que le groupe soit plus fort, plus solidaire, en faire un collectif constructif et porteur d’idées.

Il est essentiel de connaître ses propres fondations, nourrir, affirmer sa propre sensibilité artistique, approfondir une réflexion personnelle en comparant les expériences de chacun.

Nous passerons par des exercices d'improvisations guidées, la mise en situation, des réflexions sur les différents publics à rencontrer, la mise en commun d'outils pédagogiques, l'apprentissage à renforcer le potentiel créatif de chacun et des questionnements sur les futurs élèves à rencontrer.

Comment créer une atmosphère, un univers, un "décor mental", construire et mettre en place des tableaux chorégraphiques, indépendamment des spécificités artistiques, donner du sens au mouvement...